Mon père, ce héros

Mon père, ce héros

Aujourd’hui, cela aurait été l’anniversaire de papa, en fait c’est son anniversaire, même s’il est parti faire rire ailleurs il y a maintenant 28 ans… Mais souvent je pense à ces temps lointains où le costume amenait de la fantaisie dans la vie familiale et il y a encore quelque part, dans mon stock de costume, un costume chinois fabriqué pour lui et que je garde malgré les années….

Ma passion pour les costumes vient-elle de lui ou a t’elle été nourrie par sa fantaisie, est-ce si important de savoir qui de l’oeuf ou de la poule ….

Les costumes ont enchantés mon enfance. Mes yeux ébahis d’enfant s’émerveillaient devant les costumes que maman lui confectionnait.

Mes parents m’ont laissé la liberté  de couper des tissus, de les assembler pour faire des « costumes » pour les spectacles que j’organisais avec mes frères et sœurs

Je me souviens à Madagascar, de papa faisant le Père Noël…. Le grand jeu ! Il sautait en parachute d’un avion avec ses « anges »…. On pouvait le suivre dans le ciel avec un fumigène rouge et il atterrissait derrière la colline ou l’attendait la charrette à zébu qui le ramenait vers la salle où tous les enfants l’attendaient….

Je le revois à Nosy Bé, assemblant avec maman des feuilles de cocotier pour se faire un costume de vahiné pour épater la galerie, le soir au restaurant ou se cousant une combinaison en feuilles de bananier

Je le revois dans son costume russe qu’il revêtait dès que l’occasion s’en présentait… C’est d’ailleurs ce costume qu’il portait sur sa combinaison de parachutisme pour son dernier saut

Je le revois avec son grand tablier de boucher repeint faire la mouche ou la poule pour animer la tablée ou la salle ou plutôt « faire le zouave » comme disait maman….

Je me souviens de nos heures, de nos jours de travail à la boulangerie quand je voulais devenir pâtissière et qu’il me disait que ce n’était pas un métier de fille…

Il a été boulanger, docker, militaire, re-boulanger, porteur de journaux….  Il aimait prendre la plume pour raconter sa vision du monde, écrire des poèmes qu’il distribuait au gré de ses rencontres…

A 50 ans passé, il est parti à pied en pèlerinage à Lourdes pour honorer un vœux fait 30 ans plus tôt….

Et puis à 56, il est parti tout court…. faire rire ailleurs…. en me laissant comme message qu’il faut s’accrocher à ce que l’on croit et que lorsque l’on tombe, ce qui est important, c’est de se relever….

Alors, aujourd’hui, pour ton anniversaire, une pensée…. Je crois encore en mes rêves… J’aime le travail au fond de mon atelier, un peu comme quand on était tous les deux à la boulangerie, et j’aime que les costumes que je fabrique dans l’ombre brillent sur d’autres dans la lumière…

Bon anniversaire papa