Deux costumes féminins de Hongrie

Deux costumes féminins de Hongrie

 

costume hongrois de la région de Sarköz en location... Les jupons sont disponibles pour celles qui n'ont pas peur d'avoir les hanches larges

costume hongrois de la région de Sarköz en location… Les jupons sont disponibles pour celles qui n’ont pas peur d’avoir les hanches larges

Je ne peux pas penser aux costumes traditionnels de Hongrie sans une petite pointe d’émotion…. Souvenirs de jeunesse… lointains….

Et pourtant, un air de csardas et mes pieds virevoltent dans ma tête (le corps ne suit plus depuis longtemps)…

J’aime le souvenir des rondes chantées de filles où les pas glissaient, chuintaient, entrecoupés des bruits des talons et du claquement de la tige des bottes en cuir durci quand on rassemblait les mollets sèchement, le contretemps du talon de la mule rouge brodée que l’on maintenait aux pieds en crispant les orteils, le frémissement du bas des jupes alourdies de galons ou leur  envol au moindre demi-tour….

J’aime le chant mélancolique du violon  et sa course effrénée et virtuose avec le cymballum… Nostalgie, quand tu nous prends…

Je vous invite à découvrir les deux costumes traditionnels hongrois  présents à l’Atelier. Il en existe beaucoup plus, tous aussi variés et inventifs, car ceux là viennent de deux groupes de villages ou village distants de 60 km à peine alors que la Hongrie est un pays de 250 k sur 500 kilomètres.

 

Le costume de la région de Sarköz

J’ai dansé dans ce costume de Sarköz avec sa jupe fleurie et son tablier de satin coloré garni de rubans, ma longue natte ornée d’un ruban rouge dépassant du foulard noué dans la nuque…. Avec plus de jupons que sur la photo (mais maintenant, on trouve que ça grossit) car les jupons sont un élément essentiel du costume hongrois court. Ils peuvent se superposer et certains villages allaient dans la surenchère. Le jupon donne de l’étoffe à la silhouette, un port, un maintien… Comme dans beaucoup  de costumes, les dessous modèlent la silhouette.                                                                             

 

Costume village de Sarpilis, région de Sarköz,

Costume village de Sarpilis, région de Sarköz,

 

 

De la même région, le costume du village de Sarpilis est constitué d’un chemisier blanc de style renaissance porté sur une jupe de cotonnade fleurie de plusieurs mètres de tour garnie de plusieurs rangées de rubans et petits galons et portée sur plusieurs jupons très larges. A cela s’ajoute un foulard et un tablier également en imprimé à fleurs.

On peut remarquer qu’il y a entre les costumes de ces deux documents de grandes similitudes et des petites différences…

 

 

 

 

Le costume de Kolosca

Costume de Kolosca, jupe plissée et tabliers brodés, (carte postale de 1967)

Costume de Kolosca, jupe plissée et tabliers brodés, (carte postale de 1967)

Le village de Kolosca se trouve à à peine 60 km des villages précédents mais nous sommes dans la grande plaine et plus dans les terres marécageuses des courbes du Danube. (un peu de géographie ne fait pas de mal). Là, les fleurs se font broderies même si l’on utilise parfois des imprimés fleuris pour les jupes, et celles ci, très amples sont plissées et non froncées.

Pour anecdote, les murs des pièces des maisons blanchis à la chaux sont aussi recouverts de frises et de bouquets stylisés multicolores, parfois un peu de trop quand c’est du sol au plafond.

 

Ressortir de sa housse la jupe, le chemisier et le gilet de Kolosca acheté chez un antiquaire dans un vieux quartier de Budapest …. Et ce tablier brodé jamais terminé sur lequel j’ai passé des journées entières un été durant en rêvant d’un futur aussi coloré que les bouquets de fleurs naissant sous mes doigts. Ce costume est d’une fraicheur malgré l’abondance des broderies et des rubans….  Peut-être prendrais-je le temps à ma retraite de finir le tablier, car les tabliers vendus dans les magasins de broderie n’égalent plus les broderies du gilet.

détail de jupe plissée bleue turquoise et d'un gilet brodé et ajouré

détail de jupe plissée bleue turquoise et d’un gilet brodé et ajouré

 

 

Quelque part, la danse hongroise (terme aussi ridicule finalement que danse française), m’a invitée à ressentir l’âme des costumes dits régionaux ou traditionnels…. A qui sait les lire, les rubans, les tissus, les broderies, discrets ou lumineux racontent des histoires…. Ces costumes étaient ceux d’une vie ou d’une tranche de vie, précieusement conservés d’une fête à l’autre, de dimanches en dimanches, complétés, retouchés, nettoyés, amidonnés, embellis, sujets d’échanges et de transmission de savoirs faire.

Si vous avez aimé cet article, ou si vous avez des précisions à apporter, n’hésitez pas à laisser un commentaire ci-dessous à moins que vous ne préfériez écouter une scardas  en cliquant ici…. (cela commence très doucement puis elle devient virevoltante et mes pieds s’emballent sous ma chaise)